Le fonctionnement des scpi fiscales

Elle peut être présentée comme étant une solution pour minimiser ses impôts. En effet, la réalisation d’un investissement en SCPI de défiscalisation fait partie des options à évaluer. L’avantage de ce placement s’articule autour de deux objectifs : la production de revenus complémentaires, mais surtout la défiscalisation. Par ailleurs, il est bon de rappeler que le ticket d’entrée à cet investissement est fixé à la baisse, offrant ainsi de nouvelles perspectives aux épargnants à faible budget, il présente également l’avantage de mutualiser le risque entre les porteurs de parts, et permet l’acquisition de parts à crédit.

Mode de fonctionnement de la SCPI de défiscalisation

Le rôle de la SCPI fiscale se répartit en plusieurs missions :

  • Investir dans l’immobilier selon les contraintes exigées par le régime de défiscalisation. En principe, le régime prévoit l’imposition des revenus et des plus-values aux associés.
  • Assurer la gestion du patrimoine immobilier
  • Encaisser les revenus locatifs
  • Répartir les dividendes aux associés par rapport à leurs investissements.

La SCPI fiscale et ses catégories

Les modèles de SCPI fiscale visent principalement à atteindre un objectif économique et fiscal. En y acquérant des parts, vous bénéficierez d’avantages fiscaux, et d’un pourcentage des loyers perçus.

La réduction d’impôts est donc possible, grâce aux :

  • SCPI de la loi Pinel, constituée de logements éligibles au sens du régime Pinel, et proposant une défiscalisation de 18 % du montant investi sur 9 ans et 21 % sur 12 ans.
  • SCPI de déficit foncier, comportant des immeubles résidentiels qui ont besoin d’être rénovés
  • SCPI Malraux, constitué de patrimoine immobilier éligible aux termes de la loi Malraux.

À la différence d’une acquisition en direct, les porteurs de parts bénéficient d’une économie fiscale sur l’année courante, sans attendre la livraison du bien, sans réaliser des travaux de rénovation.